Mon argent au quotidien

Comment bien financer son projet grâce au crowdfunding ?

03/03/2021

Vous savez sûrement que ce sont les petits ruisseaux qui font les grandes rivières mais savez-vous aussi que ce sont les petits dons qui font les grands projets ? On appelle ça le crowdfunding, aussi connu sous le nom plus French* de “financement participatif”. Dans cet article, on va vous livrer les conseils d’un vrai pro du secteur. Tadaaam ! Ce pro c’est Olivier Sanch, responsable des partenaires collectivités, acteurs publics et réseaux d'accompagnement économiques chez KissKissBankBank (rien que ça), qui a répondu à nos questions et qui va vous donner ses petits secrets sur le financement participatif. À toi Olivier !

Dis Olivier, c’est quoi le crowdfunding ?

“Je préfère parler de "financement participatif" que de "crowdfunding". L'expression est plus parlante. Pour moi, cela consiste à ce que des porteurs de projets et des particuliers se connectent pour réaliser ensemble des projets, se découvrir, se rencontrer au-delà du financement. C'est un formidable outil de "circuit court" de financement, de communication et de fédération autour de projets.”

Quels sont tes meilleurs conseils pour bien financer son projet ?

1) Se fixer un objectif et une durée de campagne adaptée

“En moyenne une campagne de financement participatif permet de collecter 5000 € entre 30 et 40 jours, 60 jours au maximum. Je conseille de ne pas choisir une durée trop élevée pour avoir la meilleure réactivité possible des contributeurs. Le choix de l'objectif doit être approprié à chaque projet selon ses réseaux et capacités de communication. Le choix de l'objectif est d'autant plus important que le principe du "tout ou rien" s'applique : soit on atteint ou on dépasse son objectif initial et on récupère les fonds, soit on n'atteint pas son objectif et tous les contributeurs sont remboursés à la fin de la campagne.”

2) Rédiger une page de présentation attractive

“Pour être efficace, la page doit raconter une histoire et être incarnée, en utilisant le "je". Je déconseille les formulations impersonnelles. La page doit aussi être bien équilibrée, agréable à lire, alternant textes et visuels de qualité. Le temps de lecture doit rester court (1 à 2 minutes grand maximum). On peut y ajouter une courte vidéo. Ce n'est pas obligatoire mais je le recommande, les projets comportant une vidéo réussissant mieux.”

3) Imaginer des contreparties attrayantes pour ses contributeurs

“Je recommande de créer une gamme complète de contreparties répondant à tous les niveaux de motivation et moyens financiers. 90% des contreparties choisies sont situées entre 10 et 100 €, le don moyen étant de 60 €. Enfin, pour créer un maximum d'attraction, les contreparties peuvent être matérielles (goodies, échantillons, pré-ventes,...), expérientielles (rencontres, ateliers, invitations, ...) ou symboliques (remerciements nominatifs, affichage du nom des contributeurs, ...).”

4) Développer une communauté impliquée avant sa campagne

“Il est difficile de réussir une campagne de financement participatif sans s'appuyer sur des réseaux déjà existants. Je conseille à certains porteurs de projets qui n'ont pas encore suffisamment de réseaux en propre de d'abord se constituer une première base d'abonnés avant de lancer leur campagne de financement. Ainsi, ils bénéficient d'une meilleure visibilité et d'un meilleur potentiel de levée de fonds.”

5) Prévenir son entourage avant de se lancer

“Leur rôle de l'entourage (amis, famille, collègues, etc...) est essentiel, en particulier pour fédérer un rapidement un premier cercle de contributeurs lors des tout premiers jours de collecte de fonds. J'insiste sur le fait que pour pouvoir activer un bouche à oreille efficace et convaincre des contacts indirects ou éloignés de contribuer à un projet, et encore plus particulièrement du grand public et des inconnus, il faut d'abord avoir des contributions issues de l'entourage "complice" pour montrer l'exemple et inciter d'autres à le faire.”

6) Identifier des relais et des prescripteurs

“J'insiste sur le fait qu'une campagne de financement participatif est une campagne de communication. Cela signifie que pour toucher le maximum de personnes au-delà de ses proches, il faut aussi identifier les prescripteurs, blogueurs, réseaux sociaux, médias, lieux, institutions, etc... que les contributeurs potentiels et les clients fréquentent ou consultent. Obtenir ces relais et un vrai plus pour donner plus de visibilité et de crédibilité à son projet.”

7) Choisir une période de collecte de fonds permettant de communiquer

“Comme une campagne de financement participatif est une campagne de communication, je conseille évidemment de bien se préparer et de prendre le temps nécessaire. Je rappelle donc que pendant la campagne, il faut aussi avoir de la disponibilité et du temps pour relayer, diffuser, commenter, répondre aux questions, poster régulièrement et varier ses messages. Il faut choisir une bonne période : pas de vacances donc et pas non plus de surcharge de travail à côté.”

 

8) Communiquer régulièrement pendant sa campagne

“Pour réaliser une bonne communication, mon conseil est d'avoir un fil éditorial varié et régulier. Poster deux à trois fois par semaine selon les réseaux. S'adapter à chaque public, par exemple en utilisant des stories ou des visuels très qualitatifs sur Instagram, des informations professionnelles sur Linkedin, etc... Les messages peuvent mettre en avant le métier, le projet, les produits, les contreparties, les partenaires, les clients, les contributeurs. Ils doivent favoriser l'engagement, les partages, les réactions et le dialogue.”

 

9) Échanger avec son coach KissKissBankbank

“C'est finalement celui de mes conseils qui regroupe tous les autres. Sur KissKissBankBank, chaque porteur de projet dispose d'un contact et est accompagné et coaché tant pour choisir ses objectifs que pour rédiger sa page, préparer sa stratégie de communication et l'appliquer au quotidien quand le projet est en ligne. Bref, profitez-en !”

 

Quels sont tes projets coup de cœur KissKissBankBank ?

“Ils sont nombreux tant des liens se créent au fur et à mesure. Dans mes univers de projets, ils sont très variés. Dans le domaine de l'artisanat, je suis devenu client et j'ai pu intervenir avec Ruben Djaouge (Beny Hot dogs) en conseil auprès de jeunes créateurs d'entreprises. Dans la solidarité je continue par exemple à suivre la remarquable association "La Fabrique Nomade", le restaurant inclusif "Le Reflet", et parmi les collectivités, je suis le magnifique Musée des Impressionnismes de Giverny. Enfin, je travaille sur de remarquables partenariats depuis plusieurs années avec la Métropole Européenne de Lille, la Métropole de Rouen Normandie ou bien encore Bordeaux Métropole.”

 

Pour finir, un petit tip** qui va bien ?

“Lancez-vous et surtout soyez vous-même, incarnez vos projets, parlez vrai au public, avec conviction et transparence. Vous créerez ainsi un capital précieux : l'empathie.”

Voilà vous savez tout et vous avez toutes les armes pour vous lancer. Un très grand MERCI à Olivier Sanch pour son aide précieuse et sa disponibilité.


On a failli oublier le dernier bon conseil : si vous voulez lancer votre projet ou si vous souhaitez soutenir ceux qui vous tiennent à cœur, sachez que KissKissBankBank est directement intégré dans l’App Ma French Bank. On dit ça on dit rien mais on le dit quand même.

Si vous voulez remercier Olivier personnellement ou si vous avez des questions sur l’offre de Ma French Bank, on est dispo du lundi au samedi par chat ou par téléphone de 8h à 22H au 09 69 36 20 10.

* Français

** Astuce

 

 

A lire aussi dans mon French Mag
Mon compte en quelques minutes

J'ouvre un compte depuis mon smartphone, mon ordinateur ou directement dans l'un des 2000 bureaux de poste  !